Séquence 1 : La vérité et le mensonge, comment les justifier ?

Leçon 1 : Le Petit Chaperon jaune : l’histoire

(Après avoir raconté l’histoire classique du Petit Chaperon rouge)
Le Petit Chaperon jaune est le premier cousin du Petit Chaperon rouge. Comme le Petit Chaperon rouge, il a promis à ses parents de toujours dire la vérité. C’est aujourd’hui son tour d’aller apporter du beurre à la grand-mère. Il rencontre le cousin du grand méchant loup : le super grand méchant loup. Le super grand méchant loup a des super longues dents et des super longues griffes. Il demande au Petit Chaperon jaune :
- Où vas-tu ?
Le Petit Chaperon jaune se méfie, car il a bien vu les super longues dents et les super longues griffes. Il décide d’employer une ruse. Il lui répond :
- Je vais dans la clairière, juste à côté, pour préparer le grand pique-nique des meilleurs chasseurs de tout le pays. Je dois d’ailleurs me dépêcher, car ils vont arriver dans cinq minutes.
Lorsque le super grand méchant loup entend que les meilleurs chasseurs de tout le pays vont arriver dans cinq minutes, il part en courant.
Le Petit Chaperon jaune peut alors tranquillement apporter le beurre à sa grand-mère.

Activité spécifique de l’enseignant : poser les questions et les relances de manière à récolter les opinions personnelles avec leurs motivations. Produire une trace des réponses et des motivations en vue de les classer par ressemblances – différences.

La question de départ et les relances spécifiques

Questions initiales possibles :
- Agirais-tu comme le Petit Chaperon jaune ou comme le Petit Chaperon rouge ? Explique pourquoi.
- Préfères-tu l’histoire du Petit Chaperon jaune ou du Petit Chaperon rouge ? Donne une raison de ton choix.
- Préfères-tu aller en forêt avec le Petit Chaperon rouge ou le Petit Chaperon jaune ? Explique ta préférence.

Relances en lien avec l’histoire :

Face aux réponses pour le Chaperon Jaune :
- Mais n’a-t-il pas promis de toujours dire la vérité ?
- Pourquoi prend-il le droit de mentir au super grand méchant loup ?
- Est-il alors possible de mentir à qui on veut ?
- Peut-on mentir dès qu’on a envie ?
- Peut-on mentir si ça ne fait pas de peine aux personnes gentilles ?
- A-t-on le droit d’être méchant avec ceux qui sont déjà méchants ?

Face aux réponses pour le chaperon rouge :
- Doit-on dire la vérité à tout le monde ?
- Doit-on quand même dire la vérité si on sait que la personne n’est pas gentille ?
- Doit-on dire la vérité si on sait que ça fera de la peine ?
- Doit-on dire la vérité si on n’est pas tout à fait sûr que ce soit tout juste ?
- Doit-on dire de toute façon la vérité si c’est un adulte qui le demande ?
- A qui ne faut-il jamais mentir ? Même pas un tout petit peu ?


Leçon 2

Accroche :
Le Petit Chaperon rouge et le Petit Chaperon jaune vont ensemble visiter leur grand-mère. Ils se racontent l’un à l’autre leur rencontre avec le loup et expliquent les raisons de leur réponse.

Possibilité 1
Activité spécifique de l’enseignant : sur la base de la trace de la leçon 1, présenter les réponses et les motivations selon un classement « pour ou contre », axer les relances sur l’écoute mutuelle des explications en demandant notamment aux élèves de reformuler les propos des camarades pour leur permettre de dire s’ils sont pour ou contre.

Possibilité 2
Activité spécifique de l’enseignant : monter un jeu de rôle d’identification où ceux qui soutiennent le Petit Chaperon jaune sont face à ceux qui soutiennent le Petit Chaperon rouge, axer les relances sur l’écoute mutuelle des explications en demandant aux élèves de, si possible, reformuler les propos du groupe opposé pour s’assurer que l’élève prenant la parole est bel et bien d’un avis différent

Pistes de problématisation

1. Possibilité de problème :
L’enseignant prend note des justifications des élèves. Si des avis différents se retrouvent justifiés par des raisons qui se ressemblent (par exemple « parce que c’est juste », « parce que c’est mieux », etc.), l’enseignant attire l’attention des  élèves sur le paradoxe

Relance spécifique :
- Si la Chaperon Rouge n’a pas menti et que le Chaperon Jaune a menti parce que…. formuler la raison … alors comment savoir si c’est une bonne raison ?

2. Possibilité de problème :
L’enseignant prend note des justifications des élèves. Si les avis différents reposent effectivement sur des raisons différentes, amener les élèves à hiérarchiser les raisons.

Relance spécifique :
- Est-il plus important de… formuler raison a) ou de… formuler raison b) ? - Qui peut m’expliquer pourquoi ?


Leçon 3

Accroche
Le Petit Chaperon bleu, un autre petit cousin, aime faire peur aux jeunes loups en leur racontant de fausses histoires de terribles chasseurs. Les jeunes loups ont très peur et vont tout raconter à leurs parents. Madame Louve va alors rendre visite aux trois chaperons, qui goûtent chez leur grand-mère, pour leur demander des explications.

Activité spécifique de l’enseignant : poser les questions et les relances de manière à récolter les opinions personnelles avec leurs motivations. Produire une trace des réponses et des motivations en vue de les classer par ressemblances – différences.

Questions et relances spécifiques :
- Est-ce que le Petit Chaperon bleu à raison d’agir ainsi ? Pourquoi ?
- Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi le Petit Chaperon bleu agit ainsi ?
- Est-ce que les jeunes loups ont raison d’aller tout raconter à leurs parents ?
- Imagine les réponses que donne : (possibilité de travailler en sous-groupes)

Le Petit Chaperon rouge ?
Le Petit Chaperon jaune ?
Le Petit Chaperon bleu ?

- Comme les chaperons et les loups sont différents, est-ce que cela donne le droit aux chaperons de traiter les loups d’une manière différente ?
- Faut-il traiter absolument tout le monde de la même manière, quand il s’agit de dire ou non la vérité ?
- Quel est selon toi l’avis de la grand-mère des chaperons ?

Une fois que des avis ont été formulés :
- Crois-tu que la maman des loups soit d’accord avec ce qui a été expliqué par les chaperons ?


Leçon 4

Comparaison entre le mensonge du Chaperon jaune et le mensonge du Chaperon bleu

Activité spécifique de l’enseignant : En reprenant les récoltes des leçons sur le Chaperon jaune et le Chaperon bleu, préparer une liste résumant les raisons expliquant les deux comportements.

Pistes de problématisation

1. Demander aux élèves de rechercher les différences et les ressemblances entre les raisons. Enoncer des propositions de ressemblance / différence en proposant des paires de raisons.

Relances spécifiques :
- Est-ce que ces deux idées sont pareilles ?
- Sont-elles exactement identiques ?
- Sont-elles un peu ou très différentes ?
- Explique pourquoi ?
- Peux-tu donner un exemple ?

Inviter chaque élève à formuler l’idée qu’il pense être la meilleure. Demander à chacun de formuler un exemple qui montre pourquoi cette idée est la meilleure et l’illustrer par un dessin, qui sera conservé en vue de la leçon suivante.

2. Questionner les élèves sur l’importance de l’intention associée avec le fait de mentir ou de dire la vérité ?

Relances spécifiques :
- Quelles sont les intentions qui permettraient de mentir ?
- Quelles sont ces bonnes intentions ?
- Peux-tu donner un exemple ?

Inviter chaque élève à prendre position sur le problème de l’intention et demander d’illustrer un exemple par un dessin, qui sera conservé en vue de la leçon suivante.


Leçon 5

Activité spécifique de l’enseignant : Pour amener les élèves à généraliser le plus possible, les inviter à formuler une (ou un ensemble de règles) qui permettent de gérer le droit de mentir et le devoir de dire la vérité.

Possibilités de généralisation :

1. En reprenant le dessin de la leçon précédente, chaque élève reformule son idée et répond ensuite à la question :
- Est-il possible que tout le monde suive la même idée que toi ?
- Penses-tu que ce serait bien ? Pourquoi ?
- Qui serait d’accord de suivre cette idée ? Pourquoi ?

2. Afficher tous les dessins sur un panneau en les classant, s’il y a lieu, par ressemblance /différence. Structurer le groupe en fonction de la diversité d’idées qui est apparue. Après avoir incité les élèves à formuler leurs différences, les inviter à chercher une règle ou un groupe de règles, qui pourraient être reconnue par tout le monde. Etre attentif à ce que l’élève ne change pas son opinion (en raison de l’effet de groupe) sans argumenter ce changement (en le renvoyant au besoin à son dessin).

Relances spécifiques :
- Qui peut proposer une règle ?
- Peux-tu donner un exemple qui montre pourquoi ta règle est bonne ?
- Qui est d’accord ? Pourquoi ?


Séquence 1 : fichiers à télécharger

Fichier attachéTaille
Séquence1Leçon1.pdf152.27 Ko
Séquence1Leçon1.doc63 Ko
Séquence1Leçon2.pdf85.69 Ko
Séquence1Leçon2.doc62.5 Ko
Séquence1Leçon3.pdf121.08 Ko
Séquence1Leçon3.doc60.5 Ko
Séquence1Leçon4.pdf121.39 Ko
Séquence1Leçon4.doc60 Ko
Séquence1Leçon5.pdf82.61 Ko
Séquence1Leçon5.doc59.5 Ko